الخبر على مدار الساعة

Chroniqueuses, dites-vous

0 21

Chroniqueuses, dites-vous

Par définition, un chroniqueur est « celui qui rédige des articles pour un journal ou une revue, qui assure une émission radiophonique ou télévisée, et qui est spécialisé dans un domaine particulier. »Parmi les compétences requises : « talent, élocution, savoir se documenter, SE FAIRE RESPECTER, captiver son audience, parler aisément devant un public, MAITRISER les techniques d’expression, avoir une bonne mémoire, une gestuelle adaptée, un ton de voix  adéquat».

Il suffirait de regarder deux ou trois Talk-shows diffusés sur nos chaînes privées pour se demander de prime à bord, si toutes les personnes- hommes et femmes- participant à ce genre de programmes sont réellement chroniqueurs. Si oui, comment le sont-ils devenus? Et à supposer qu’ils le sont, quel est précisément,  l’apport des femmes participant aux programmes de divertissement? Qu’en retient-on ?

La majorité de ces femmes « chroniqueuses »  contribuant à ce genre de programme, n’ont généralement ni «  talent, ni élocution»

Elles ne maitrisent aucune des techniques d’expression ou l’art de bien parler

Néanmoins, Captiver son audience et se faire respecter. C’est exactement là où on peut réellement réfléchir et conclure.

La tentation est forte. Séduites par la connotation du terme « chroniqueur » postrévolutionnaire, ces femmes sont là non pas pour leurs têtes pleines mais tout juste pour leurs « belles » têtes. Et quelles têtes! Chirurgie esthétiques et  comportements immoraux, le tout rien que pour fantasmer le sexe opposé.

Conscientes ou inconscientes, elles y participent en tant que figurantes. Des Barbie ou des Marilyn Monroe toutes niaises qui déambulent sur les plateaux des chaines privées pour se livrer à des jeux idiots dénudés de sens et de morale. Elles proposent une « gestuelle » inadaptée, un «  ton de voix »  inadéquat.

En définitive, elles ne sont là pour  «  se faire respecter » mais pour ricaner,  exhiber leurs formes et captiver l’audience. Elles oublient que d’autres femmes avaient milité pour la liberté, pour les principes d’égalité des droits et des chances. Et pour les générations futures elles, les « chroniqueuses » ne font qu’aider à façonner et à perpétrer une image obscène de la femme.

تعليقات
Loading...