الخبر على مدار الساعة

Le poisson bleu, encore. Des lycéennes tentent toujours de se suicider, jusqu’à quand ?!

0 30

Le poisson bleu, encore.

Des lycéennes  tentent toujours de se suicider, jusqu’à quand ?!

 

On vient  d’identifier « le poisson bleu » !! On l’a même incriminé. On a présenté    cette mesure  comme un effort novateur dans une stratégie globale de lutte contre ces jeux malins. Sommes- nous sûrs que c’est tout juste ce  qu’il faut faire? A-t-on vraiment mis le doigt sur la plaie ?!

Mais voilà qu’une élève a tenté de se suicider, samedi dans un lycée de Feriana à Kasserine, pendant la récréation. Plutôt dans un état critique, elle a été placée en service de réanimation, à l’hôpital.

Ce même lycée vient donc de vivre son second drame : il y a quelques jours seulement, une élève se laisse  prendre dans les filets de ce maudit poisson bleu, ce nouveau et meurtrier phénomène. Elle a mis fin à ses jour après avoir avalé une grande quantité de médicaments.

A cela, s’ajoute un probable troisième cas de suicide et de la même  manière. Une jeune fille a été retrouvée, dimanche soir, pendue au domicile de ses parents, à Tataouine.

Malheureusement, quand les autorités ont décidé de mettre en place un nouveau système par lequel l’Agence Tunisienne de l’Internet s’engage à  bloquer l’accès aux jeux en ligne tels que  « La baleine bleue », ces élèves  se sont déjà laissé emporter par ces jeux répugnants.

On ne remettra pas en question le système éducatif national et ses problèmes qui ne finissent jamais.

Dans ces contrées reculées, et tenant compte de l’ambiance générale où   ces « futures générations » sont livrées à elles-mêmes, des questions incessantes se posent et s’imposent :

  • Qu’a-t-on fait, au lycée de « Feriana » à titre d’exemple, et suite au premier cas, pour en prévenir d’autres ?
  • A-t-on prévu la présence de psychologues dans ces établissements ?
  • A-t-on prévu – non pas de lancer, comme à l’accoutumée, en grande pompe et tout le tralala, un dialogue national. Mais d’entreprendre D’URGENCE des projets «pilotes» d’ETUDES SUR LE TERRAIN dans ces contées principalement, sur les plans local, régional et  national,  pour diagnostiquer  et traiter la nature des relations qui prévalent entre les élèves, les enseignants et les parents  et œuvrer pour créer des conditions propices à cette jeunesse.

Pourquoi ne pas comprendre que ces enfants n’avaient pas su COMMINIQUER. Ils appellent au secours, ils cherchent un secours. Qui peut les comprendre ? Leur suicide est leur dernière tentative dramatique de COMMUNICATION : « Voilà, j’ai un problème ! »

Il faut agir immédiatement et prendre au sérieux ces cas qui ne sont pas isolés. Il s’agit, en fait, de nos enfants, de leur avenir et du notre!

تعليقات
Loading...